La Gycine

La Gycine

Si je vous dis : Acide aminé, prévention des blessures et longévité que me répondez-vous ?

Glycine bien-sûr !

Et cela tombe bien c’est le sujet du jour.

La glycine qu’est-ce que c’est ?

La glycine est un acide aminé, pour imager, si un collier de perle est une protéine alors la glycine est une perle de ce collier.

Dans une protéine de viande, on retrouve de la glycine à hauteur de 4% (ce qui veut dire que ce collier est constitué à 4% de perle « glycine »). Dans une protéine de collagène (le collagène est une protéine qui compose une partie très importante de la peau, des tendons, du cartilage, des ligaments…) la glycine représente 30% des perles de ce collier.

Quel intérêt y-a-t-il à savoir cela ?

Nos modes de consommations ont évolué ces dernières décennies, apparition des fast Food, diminution de la consommation de fruits et légumes, augmentation de la consommation de céréales et de sucres, explosion de la consommation de produits ultra transformés…

Et 2 phénomènes nous intéressent plus particulièrement parmi ces changements, ce sont la forte diminution de la consommation des abats ainsi que la diminution du temps passé à cuisiner.

Pour rappel, les abats désignent les parties comestibles des animaux autres que la viande. On y retrouve le foie, le cœur, les poumons, la cervelle, les pieds et bien d’autres. Nous y classerons également les os à moelle qui n’en font pas réellement partie.

C’est en effet dans l’os à moelle ou encore dans le bouillon d’os que nous retrouvons le plus de collagène et donc de glycine. Nos grands parents consommaient ce type d’aliment de manière régulière et avaient de ce fait un apport en glycine suffisant pour assurer un renouvellement optimal de leurs tissus.

De nos jours, ces aliments n’étant quasiment plus consommés, des déficiences d’apports surviennent et il convient alors de se supplémenter.

Mais quels rôles joue donc cette glycine ?

Elle permet en premier lieu d’assurer une synthèse optimale de collagène, ce qui se traduit par :

  • Un retard dans l’apparition des rides,
  • Une meilleure régénération des tendons, des ligaments et des articulations,
  • Une prévention des blessures associées à la dégradation des tendons, des articulations ou des ligaments.

Elle a également un effet anti catabolique (limite la perte de masse musculaire) et favorise en plus la prise de muscle (lors d’un entraînement adéquat).

La glycine est également un constituant essentiel de la Glycine-N-Méthyltransférase, enzyme ayant pour rôle l’élimination des radicaux libres.

C’est donc un booster d’antioxydant.

Pourquoi ne pas prendre directement un complément de collagène ?

Leurs effets sont relativement similaires, le collagène marque un point en contenant un autre acide aminé que l’on appelle « hydroxylysine » qui augmente l’efficacité du processus de régénération des articulations.

Cependant, la glycine marque 2 points car elle ne provient pas, à l’inverse du collagène, de déchets  d’animaux.

Ceci implique qu’elle ne participe pas à l’exploitation animale mais également qu’elle bénéficie d’une traçabilité et d’une pureté parfaite étant produite par fermentation bactérienne ou par synthèse.

Comment se supplémenter ?

Les différentes études sur le sujet estiment que les manques sont de l’ordre de 8 à 15 g par jour, selon l’âge, le gabarit, mais également  si la personne est sportive.

Il semble donc raisonnable de se supplémenter à hauteur de 10 g par jour pour des personnes jeunes et/ou ayant une activité physique modérée, et de viser plutôt 15 g par jour pour des personnes plus âgées et/ou ayant une pratique sportive intense.

Il est primordial de prendre son complément de Glycine durant un repas. Si ce n’est pas le cas, l’organisme pourrait transformer celle-ci  afin de s’en servir comme source d’énergie.

A bientôt, Pierre NIVOLIEZ.

Diététicien Nutritionniste

Cabinet  NP Santé

pnivoliez.diet@gmail.com

instagram : np_santé

glycine

Retrouvez notre produit

 

Laisser un commentaire